Acupuncture traditionnelle chinoise n° 25. Recueil d'articles d'acupuncture de la presse spécialisée chinoise View full size
Acupuncture traditionnelle chinoise n° 25. Recueil d'articles d'acupuncture de la presse spécialisée chinoise

Availability: on stock

9782910589455

Author: Lin Shi Shan



  • Rubrique : Cancers
        1) L’utilité et la position de la médecine traditionnelle chinoise dans le traitement des tumeurs malignes 
    par WANG Jin Hong (professeur de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Nan Jing)
        1. La position de la MTC dans le traitement des cancers
        2. La différence entre la MTC et la médecine occidentale dans le traitement des cancers
        3. L’association judicieuse de la MTC et de la médecine occidentale, les principes thérapeutiques de la MTC
        4. Les erreurs à éviter dans le traitement des cancers par la MTC
        5. Réflexion sur les recherches actuelles du traitement des cancers en MTC
        2) L’utilité et les perspectives d’avenir de la pharmacopée de la MTC dans la prévention et le traitement des cancers 
    par professeur YU Chun Ren (Hôpital de médecine chinoise de Beijing)
        Grâce aux recherches scientifiques, on parvient à expliquer le mécanisme d’action des effets anticancéreux des drogues simples chinoises. Selon les chercheurs, ces dernières ont l’un ou plusieurs des effets suivants : tuer directement les cellules cancéreuses ou inhiber la division ou la prolifération de ces dernières, produire des effets antivasculaires, inhiber les topoisomérases et les téromérases, empêcher le cancer de former de nouveaux vaisseaux, perturber et lutter contre les promoteurs de tumeur, réguler le mécanisme de coagulation sanguine et diminuer l’hyper-coagulation, renforcer les fonctions immunitaires.
        3) L’utilité et la position de la pharmacopée de la MTC dans la prévention et le traitement des cancers 
    par LING Chang Quan (chercheur du Bureau de recherche cancérologique en médecine chinoise de l’Armée de libération populaire de Chine)
        1. La pharmacopée de la MTC peut et doit participer à l’ensemble du processus thérapeutiques des cancers
        2. La pharmacopée chinoise a des fonctions différentes aux différentes phases des cancers
        3.Quelques problèmes méritant notre attention dans le traitement et la prévention des cancers par la pharmacopée chinoise
        4) La relation entre les rechutes des cancers, les métastases et la consommation des « Fa Wu » (aliments déclencheurs de maladies latentes) 
    par CHEN Yan Chang (Hôpital cancérologique de la province de Hu Bei)
        Dans la prévention et le traitement des maladies, la MTC souligne l’importance de la privation de certains « Fa Wu ». Cette recommandation est aussi valable pour ceux qui sont atteints de cancer. Il faut bien sûr tenir compte des variations géographiques : les aliments que l’on conseille aux malades d’éviter changent d’une région à l’autre. Quels sont précisément les « Fa Wu » qui peuvent avoir une influence sur l’évolution des cancers et sur les risques de rechutes et de métastases ? Ce texte apporte quelques éclaircissements à cette question.
        5) L’acupuncture est-elle efficace dans le traitement du cancer du sein ? 
    par GUO Zhao Qi (acupuncteur chinois exerçant à Ottawa, Canada)
        - Cas traités : 33 cas dont le diagnostic est confirmé par les cancérologues. Parmi eux seuls 5 cas ne sont pas œstrogéno-dépendants alors que les autres cas le sont.
        - Résultats : 5 cas ont connu la liquéfaction et l’altération des tissus cancéreux suivies par une résorption progressive de la tumeur puis par la disparition de celle-ci ; 10 ont connu une diminution progressive de la tumeur ; 10 ont connu un arrêt de longue durée de la croissance de la tumeur ; 8 cas ont connu une croissance lente de la tumeur, parmi ces 8 cas 5 ne sont pas œstrogéno-dépendants.
  • Rubrique : Maladie de Parkinson
        6) L’Expérience du professeur ZHANG Pei Lin dans le traitement acupunctural de la maladie de Parkinson 
    par HE Mei Guang (Institut de médecine chinoise de la province de Yun Nan) Médecin chef de l’Hôpital Yan An, le professeur ZHANG Pei Lin fait partie des médecins en MTC âgés et réputés au niveau national.
        Sur le plan pratique, il préconise le traitement basé sur le diagnostic différentiel des maladies et le diagnostic selon la différenciation des syndromes physiopathologiques. Ce texte apporte son expérience dans le traitement de la maladie de Parkinson basé sur les deux diagnostics mentionnés ci-dessus.
        7) Cas clinique de maladie de Parkinson traité par acupuncture 
    par WANG Run Shen, ZHANG Min, SONG Hong Yan, LI Jing (Service physiothérapie de médecine chinoise de l’Hôpital An Zhen à Beijing)
        D’après les auteurs de cet article, la déficience du corps et les troubles fonctionnels des organes conditionnent la survenue de cette maladie. Sur le plan thérapeutique, il faut donc réactiver la force intrinsèque du corps et corriger les déséquilibres internes. Or, les huit Méridiens singuliers (ou Vaisseaux Extraordinaires) croisent les douze Méridiens normaux et se connectent à eux. Ils peuvent non seulement renforcer la liaison du Qi et du Xue (sang) de ces douze Méridiens mais également réguler ce Qi et ce Xue. Les auteurs de cet article ont traité un cas de cette maladie par les huit points « clés » (ou points de croisement et de jonction des huit vaisseaux extraordinaires) avec un bon résultat.
  • Rubrique : Acouphènes
        8) Le traitement des acouphènes en acupuncture-moxibustion selon la démarche consistant à choisir les points en fonction des Méridiens impliqués
    par CHEN Ting Ting et HOU Hai Kun, sous la direction de CHENG Hai Ying (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital de médecine chinoise de Beijing attaché à la Faculté de médecine de la Capital)
        1) Les acouphènes selon les textes classiques
        2) La relation entre la région auriculaire et les Méridiens : 2.1 Les Méridiens en liaison directe avec les oreilles / 2.2 Le Shou Shao Yang et le Zu Shao Yang sont les deux Méridiens les plus liés à la région auriculaire / 2.3 Les Zang Fu (organes vitaux pleins et creux) se lient aux oreilles grâce au réseau des Méridiens
        3. La démarche et la méthode de la professeure CHENG Hai Ying : 3.1 Choix et combinaison des points / 3.2 Explications / 3.3 Remarques
        4. Conclusion
        9) 55 cas d’acouphènes traités par l’acupuncture-moxibustion) 
    par PENG Lian Qun (Hôpital de médecine chinoise de la ville de San Men Xia, province de He Nan)
        Guérison (disparition des acouphènes, rétablissement de l’ouïe, pas de rechute à plus d’un mois) : 30 cas.
        Grande amélioration (réapparition occasionnelle des acouphènes ou diminution de leur fréquence de telle sorte que le travail n’est pas perturbé, pas de troubles auditifs manifestes. Dans certains cas, les acouphènes réapparaissent occasionnellement la nuit) : 8 cas.
        Efficacité moyenne (diminution modérée des signes et des symptômes ou acouphènes devenus intermittents au lieu d’être permanents comme avant le traitement) : 14 cas.
        10) 126 cas d’acouphènes traités par l’acupuncture-moxibustion 
    par ZHENG Zhao Jian (Hôpital populaire n° 1 de la ville de Wen Ling, province de Zhe Jiang)
        Guérison (disparition des acouphènes, pas de rechute signalée six mois après) : 46 cas.
        Amélioration (amélioration perçue par le sujet, diminution nette de la fréquence des acouphènes) : 73 cas.
  • Rubrique : Syndrome du muscle piriforme
        11) 51 cas de syndrome du muscle piriforme traités par les aiguilles chauffées au moxa 
    par MA Liang Fu (Hôpital populaire du quartier Chao Tian de la ville Guang Yuan dans la province de Si Chuan)
        Maladie courante et souvent rencontrée en clinique, le syndrome du muscle piriforme frappe notamment les personnes d’âge moyen ou avancé. Faute d’un traitement spécifique, il peut durer des années et ne se guérit pas facilement. De 2003 à 2007, l’auteur de cet article a traité 51 cas en utilisant les aiguilles chauffées au moxa avec de bons résultats : 26 cas guéris, 20 cas améliorés.
        12) L’observation de l’efficacité du traitement acupunctural de 30 cas de syndrome du muscle piriforme (ou pyramidal) 
    par WANG Sheng Qiang (Service de médecine chinoise de l’Hôpital « Shi Er Hua Jian », dans la ville de Shi Jia Zhuang, province de He Bei) etc.
        Guérison (disparition totale des symptômes et signes, rétablissement de la marche normale et de la capacité de travail) : 24 cas (80 %).
        Grande amélioration (disparition quasi complète des symptômes et des signes, légère sensation d’inconfort au niveau du muscle piriforme, possibilité de participer à des activités physiques modérées) : 4 cas (13,33 %).
        Amélioration moyenne (diminution de l’intensité des douleurs, amélioration des signes, certains tests demeurant positifs) : 2 cas (6,67%)
  • Rubrique : Cors
        13) Cors traités par des cônes de moxa 
    par YU Shu Mei, SHI Su Bin, MA Shan, LIU Mei Yi (Hôpital de convalescence de la marine, dans la ville de Qing Dao, province de Shan Dong)
        Les 275 cas traités ont été guéris : chute du cor une à deux semaines après le traitement. Dans 268 cas, la guérison est obtenue en une seule cure et dans 7 cas en deux cures. Aucun cas n’a connu de rechute plus de deux ans après.
        14) 289 cas de cor solitaire traités par une saignée à l’aide d’une aiguille triangulaire 
    par LI Xiu Yu, SUN Jian Xin, ZHANG Yan (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Zhao Yuan)
        Maladie courante et récurrente, le cor se guérit difficilement par les traitements médicamenteux et chirurgical. De mai 1991 jusqu’en février 2001, les auteurs de cet article ont traité 289 cas de cor solitaire par une saignée à l’aide d’une aiguille triangulaire avec les résultats suivants : 274 cas guéris (soulèvement du cor suivi par un endurcissement de la peau puis chute de la peau endurcie, aucune douleur à la palpation), 14 cas améliorés (soulèvement du cor suivi par un endurcissement de la peau sans chute de celle-ci, légère douleur à la palpation).
        15) 98 cas de cor traités par le Huo Zhen (aiguille chauffée au feu) 
    par ZHANG Ji Miao (Hôpital du Régiment 87217 de l’Armée de libération populaire de Chine, dans la ville de Lan Zhou, province de Gan Su)
        Les causes des cors ne sont pas encore élucidées. Pour de nombreuses personnes, elles sont dues à des frottements très forts et répétés à un même endroit. Dans la pratique, les préparations érosives à appliquer localement ne donnent pas de résultats idéaux car les rechutes sont fréquentes. Avec l’opération chirurgicale, les résultats sont meilleurs mais celle-ci cause de la souffrance au patient. Par ailleurs, l’opération chirurgicale devient difficile quand les cors sont fréquents. Le traitement par le Huo Zhen (aiguille préalable chauffée au feu) élimine les défauts de ces deux traitements. Il permet de détruire les tissus qui se trouvent à la base du cor. Une fois ces tissus altérés, le cor se détache de la peau. C’est une méthode simple à appliquer, elle est sûre et donne de bons et rapides résultats.
        16) Comparaison de l’efficacité du traitement des cors par l’acupuncture et par les applications externes 
    par SUN Jing Chang (Dispensaire du régiment 81043 de l’Armée de libération populaire de Chine)
        Dans la pratique, le traitement des cors par les applications externes donne certains résultats mais il nécessite plus de temps. Quant au traitement chirurgical, il laisse une cicatrice et les rechutes sont possibles. Depuis ces dernières années, l’auteur de cet article traite les cors avec plusieurs aiguilles au lieu d’une seule. C’est une méthode qui donne un taux de guérison élevé et qui ne cause une douleur que pendant une courte durée. Par ailleurs, après la guérison, la peau redevient lisse et il n’y a aucune cicatrice.
  • Rubrique : Hyperthyroïdie
        17) La comparaison de l’efficacité clinique du traitement de l’hyperthyroïdie par des méthodes différentes 
    par HE Jin Miao etc. (Centre de recherche sur les Jing Luo de la ville de Shanghai), MA Ji Xiao et. (Hôpital populaire n° 6 de la ville de Shanghai)
        Pour pourvoir comparer l’efficacité clinique du traitement acupunctural de l’hyperthyroïdie par des méthodes différentes, les auteurs de cet article ont divisé 129 cas en trois groupes : groupe n° 1 avec 41 cas traités par la méthode consistant à disperser la stase de Xue (sang) ; groupe n° 2 avec 42 cas traités par la méthode consistant à accroître le Qi, nourrir le Yin et éliminer le Feu ; groupe n° 3 avec 46 cas traités par la méthode consistant à disperser la stase de Xue (sang), accroître le Qi, nourrir le Yin et éliminer le Feu. Voici le résultat : dans le groupe 1, 2 cas sont guéris et 3 cas sont améliorés ; dans le groupe 2, 10 cas guéris et 8 cas améliorés ; dans le groupe 3, 22 cas guéris et 12 cas améliorés.
        18) 60 cas d’hyperthyroïdie traités par l’acupuncture et la pharmacopée chinoise 
    par LI Hua (Hôpital de l’Institut d’industrie et de commerce de la province de Shan Dong, dans la ville de Yan Tai)
        L’association de l’acupuncture et de la pharmacopée chinoise permet de mieux réguler les fonctions des Zang Fu (organes vitaux pleins et creux) et d’évacuer le Qi stagné, le Tan et le Yu Xue (amas de sang ou caillot de sang) afin de diminuer ou de faire disparaître le goitre et de rétablir l’équilibre entre le Qi et le Xue, le Yin et le Yang. Les effets de l’acupuncture et de la pharmacopée se complètent d’où de meilleurs résultats.
        19) Formules de la pharmacopée chinoise efficaces pour traiter l’hyperthyroïdie 
    Source : « Zhong Guo Zhong Yi Mi Fang Da Quan » (L’ouvrage complet sur les formules secrètes de la méde cine chinoise)
        1) « Jia Kang Zhong Fang » (Formule puissante pour traiter l’hyperthyroïdie). Résultats sur 98 cas traités : 61 cas guéris, 19 cas bien amélioré, 8 cas moyennement améliorés.
        2) « Ping Ying Fu Fang » (Formule complexe pour traiter le goitre). Résultats sur 110 cas traités : 38 cas traité, 63 cas bien améliorés, 6 cas moyennement améliorés.
        3) « Jia Kang Jian » (Potion d’hyperthyroïdie). Résultats sur 60 cas traités : 28 cas guéris, 10 cas quasiment guéris, 8 cas bien améliorés, 11 cas moyennement améliorés.
        4) « Yu Yin San Jie Tang » (Décoction pour nourrir le Yin et disperser les accumulations). Résultats sur 34 cas traités : 18 cas guéris, 13 cas bien améliorés.
  • Rubrique : Cervicarthrose
        20) L’observation clinique de 124 cas de cervicarthrose traités par la puncture des points paravertébraux cervicaux 
    par WANG Ke Hua (Le deuxième service de consultation externe des spécialités médicales du Centre de recherche sur l’association des médecines chinoise et occidentale, province de Hei Long Jiang) etc.
        La puncture des points paravertébraux cervicaux permet de désentraver la circulation dans la branche principale du Du Mai et du Zu Tai Yang. Elle active aussi la circulation dans les Mai Luo (ramifications ou vaisseaux secondaires). C’est alors que les Jin (tissus tendino-musculaires ou tissus mous de l’appareil locomoteur) sont détendus, que le Xue (sang) circule activement, que le Yang Qi est désentravé et que le déséquilibre entre le Yin et le Yang est régulé. L’abondance du Yang Qi permet au Xue de circuler plus rapidement. La bonne circulation du Qi et du Xue ainsi que la désobstruction dans les vaisseaux entraînent la disparition des douleurs.
        21) 80 cas de cervicarthrose chronique traités par les points réflexes cervicaux
    par SONG Si Gang ( Hôpital populaire du district Guan, province de Shan Dong)
        La cervicarthrose s’observe surtout chez les personnes entre 40 et 60 ans. Ces dernières années, l’auteur de cet article a découvert qu’il existe dans de nombreux cas traités une induration en forme de corde à côté des vertèbres cervicales. Il s’agit de ce que l’auteur dénomme des points réflexes cervicaux. De juin 1996 à février 1997, il a traité 80 cas de cervicarthrose avec ces points et a obtenu de bons résultats.
  • Rubrique : Gynécologie
        22) L’importance des points du Méridien de la Rate dans le traitement des maladies gynécologiques 
    par LI Jun (Hôpital n° 463 de l’Armée de libération populaire de Chine, dans la ville de Shen Yang) etc.
        1. Analyse théorique sur les effets des points du Méridien de la Rate dans le traitement des maladies gynécologiques : 1 .1 La relation étroite entre la Rate et les menstruation / 1.2 La relation étroite entre la Rate, le Chong Mai, le Ren Mai, le Foie et les Reins / 1.3 La Rate est l’un des principaux organes impliqués dans les maladies gynécologiques
        2. Les points du Méridien de la Rate couramment employés dans le traitement des maladies gynécologiques
        3. L’application des points de la Rate dans le diagnostic et le traitement des maladies gynécologiques : 3.1 Le choix de ces points en fonction de leurs caractéristiques thérapeutiques / 3.2 Choisir les points en fonction des points réflexes de la maladie
        23) Le traitement des maladies gynécologiques par l’emploi de Guan Yuan (4 R.M.) et de San Yin Jiao (6 Rt) 
    par ZHANG Ya Fang (Hôpital populaire du quartier de Jiang Bei, dans la ville de Ning Bo)
        1) Guan Yuan (4 R.M.) et San Yin Jiao (6 Rt) associés à Tai Chong (3 F.) traitent l’algoménorrhée
        2) Guan Yuan (4 R.M.) et San Yin Jiao (6 Rt) associés à Xue Hai (10 Rt) traitent l’aménorrhée
        3) Guan Yuan (4 R.M.) et San Yin Jiao (6 Rt) associés à Yin Bai (1 Rt) pour traiter la métrorragie
        4) Guan Yuan (4 R.M.) et San Yin Jiao (6 Rt) associé à Dai Mai (26 V.B.) pour traiter les leucorrhées pathologiques
  • Language :   fr
  • Pages 140
  • Published 2011

Write your review

Acupuncture traditionnelle chinoise n° 25. Recueil d'articles d'acupuncture de la presse spécialisée chinoise

Acupuncture traditionnelle chinoise n° 25. Recueil d'articles d'acupuncture de la presse spécialisée chinoise

Write your review

23,00 €

» Add to my wishlist