Acupuncture traditionnelle chinoise n° 13 Agrandir

Acupuncture traditionnelle chinoise n° 13

9782910589288

LIN SHI SHAN, INSTITUT YIN-YANG

Nouveau produit

Recueil de textes d'acupuncture et de médecine chinoise publiés en Chine
Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés par LIN SHI SHAN

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

21,70 €

En savoir plus

Recueil de textes d'acupuncture et de médecine chinoise publiés en Chine
Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés par LIN SHI SHAN

Aperçu des articles-nbsp;

Rubrique : Points généraux
-nbsp;
1) Développement des quatre points généraux par le professeur Gao Li Shan (Hôpital Guang An Men à Pékin, attaché à l’Institut de Recherche en Médecine Chinoise de Chine) Moins connus du public occidental, les « points généraux » (Zong Xue ??) possèdent des effets spécifiques particulièrement efficaces dans les parties du corps avec lesquelles ils sont en relation. Leur utilisation ne nécessite pas de diagnostic par la différenciation des syndromes. Le professeur Gao Li Shan, un acupuncteur réputé et vivant à Beijing (Pékin), nous rapporte dans ce texte non seulement les explications sur les effets spécifiques de ces points mais également les combinaisons de ces points avec d’autres points dans le traitement de certaines maladies, combinaisons issues de son expérience propre et également de l’expérience de son maître Sun Zhen Huan (1920-1971).-nbsp;

2) Les dix points généraux d’acupuncture-moxibustion par Yu De Yuan (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Qing Dao) Les quatre points généraux, à savoir : Zu San Li (36 E.), He Gu (4 G.I.), Wei Zhong (40 V.) et Lie Que (7 P.), sont bien connus depuis longtemps. Certains acupuncteurs de l’époque moderne ont constaté qu’il existe d’autres points qui peuvent également être qualifiés de points généraux à cause de leurs effets spécifiques sur d’autres zones du corps. C’est le cas de l’auteur de cet article qui fait part de l’existence de six autres points généraux.-nbsp;

Rubrique : Vaisseaux extraordinaires (Méridiens singuliers) et les « Ba Mai Jiao Hui Xue » (« points clés » ou points de croisement et de jonction des huit vaisseaux extraordinaires)-nbsp;
3) L’appartenance des huit Méridiens singuliers (ou vaisseaux extraordinaires) au cerveau et au « palais de fœtus » par Yang Mu Gui (Hôpital de médecine chinoise du district de Ping He dans la province de Fu Jian) Les huit Méridiens singuliers appartiennent-ils à des organes internes (Zang Fu) tout comme les Méridiens normaux ? Jusqu’à nos jours, cette question n’a jamais connu de réponse unanimement admise. L’auteur de cet article donne son avis sur ce sujet.-nbsp;

4) Quelques exemples dans l’association des « Ba Mai Jiao Hui Xue » (points de croisement et de jonction des huit vaisseaux extraordinaires) et des points Xi par Pan Dan Quan (Comité du soutien de santé de la ville de Zun Yi dans la province de Gui Zhou) Les cas cliniques (coronaropathie, gastralgie, douleur des hypocondres et des parties latérales du thorax, surdité subite, bronchite chronique, amygdalite, lumbago, torticolis) rapportés par l’auteur de cet article nous révèlent que les « Ba Mai Jiao Hui Xue » employés par couple et associés aux points Xi peuvent traiter de nombreuses maladies avec des résultats rapides surtout quand il s’agit de cas aigus.-nbsp;

5) L’application clinique des « Ba Mai Jiao Hui Xue » par Xu Nai Yang (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital de médecine chinoise de la province de Jiang Su) Puisque le trajet des douze Méridiens normaux et des huit vaisseaux extraordinaires couvre l’ensemble du corps, les huit « points clés » peuvent non seulement traiter les affections locales et les zones situées sur ce trajet mais également les Zang Fu et les organes sensoriels correspondants. Depuis plusieurs années, l’auteur de cet article emploie principalement ces points pour traiter de nombreuses maladies avec des résultats satisfaisants. Il rapporte dans cet article quelques cas cliniques (achalasie du cardia, douleurs épigastriques, bronchectasie, séquelles d’accident vasculaire cérébral, zona, otite moyenne, syringomyélie, lumbago) qui peuvent servir de références dans l’application de ces points.-nbsp;

6) L’application clinique du couple de points : Wai Guan (5 T.R.) et Zu Lin Qi (41 V.B.) par Zhang Di Fen (Hôpital de médecine chinoise « Hu Guo Shi » de la ville de Bei Jing) Selon Wang Ji Yi, le maître de l’auteur de cet article, ce couple de points peut éliminer le vent et la chaleur externe d’une part et la chaleur du Foie et de la Vésicule Biliaire d’autre part. Il traite ainsi les signes suivants causés par la montée du vent-chaleur externe et la montée à contrecourant du feu (chaleur excessive) du Foie et de la Vésicule Biliaire : nausées, hoquets, vomissements, maux de tête, érythème oculaire, obstruction nasale, acouphènes, odontalgie, obstruction de la gorge (Hou Bi).-nbsp;

Rubrique : « points du vent » (points portant le nom « vent »)-nbsp;
7) Les indications communes et distinctes des points : Feng Chi (20 V.B. : "étang du vent"), Feng Fu (16 D.M. : "palais du vent"), Feng Men (12 V. : "porte du vent") et Feng Shi (31 V.B. : "marché du vent") par Hu Jin Sheng (Bureau de recherche en acupuncture-moxibustion de l’Institut de recherche de médecine chinoise de Chine). Bien que ces quatre points puissent traiter le « vent », ils n’ont pas tout à fait les mêmes effets. En effet, à cause de leur propre nature et localisation, ils n’ont pas les mêmes indications thérapeutiques. C’est pourquoi il faut les distinguer en les utilisant.-nbsp;

8) L’expérience clinique du professeur Wei Feng Po dans l’utilisation des quatre « points du vent » (Feng Xue) par Wei Bo (Centre de formation en médecine chinoise et en acupuncture-moxibustion de la faculté de médecine de l’Université Ji Nan de la ville de Guang Zhou) 87 En tant qu’assistant du professeur Wei Feng Po pendant plus de 10 ans, l’auteur de cet article a pu le voir traiter de nombreuses maladies avec de très bons résultats en utilisant les quatre « points du vent » (Feng Xue). Par cet article, il partage avec les confrères son expérience dans ce domaine. .-nbsp;

Rubrique : Gynécologie-nbsp;
9) À la recherche du point Mu de l’utérus (Zi Gong) par Gao Yan (Hôpital populaire n° 2 de la ville de Da Lian dans la province de Liao Ning) Si chacun des grands organes internes a son point Mu, l’utérus, par contre, n’a pas le sien. C’est un problème très important qui n’a jamais été évoqué auparavant dans la littérature acupuncturale chinoise. L’utérus doit-il aussi avoir son propre point Mu ou son point spécifique comme les autres organes ? Le cas échéant, quel sera ce point ? Le lecteur trouvera des réponses dans cet article.-nbsp;

10) Traitement de la dysménorrhée primaire par la moxibustion sur le point Di Ji (8 Rt) par Wang Zhao Jing (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Tai An, province de Shan Dong) Le « Jia Yi Jing » (Le Canon Jia Yi de l'Acupuncture et de la Moxibustion) fut le premier ouvrage mentionnant les indications du point Di Ji (8 Rt) : douleurs abdominales, règles irrégulières, dysménorrhée et douleurs lombaires. Depuis plus de vingt ans, l’auteur de cet article emploie presque systématiquement ce point seul, chauffé avec des cônes de moxa, pour traiter la dysménorrhée et il obtient très souvent de bons résultats.-nbsp;

11) Traitement en acupuncture-moxibustion de 86 cas d’aménorrhée secondaire par Liu Bing Quan (Hôpital de médecine chinoise de la province de Guang Dong dans la ville de Guang Zhou) L’aménorrhée secondaire correspond à une absence de règles supérieure à trois cycles chez des femmes antérieurement réglées. Sur le plan étiologique, l’aménorrhée se distingue en deux types : déficience et plénitude. Dans les cas de déficience, il y a une insuffisance de Jing Xue (Essence-sang), un vide dans la mer de sang (Chong Mai). Dans les cas de plénitude, il y a une stagnation de Qi et une stase de Xue (sang). L’auteur de cet article en a traité 86 cas.-nbsp;

Rubrique : Syndrome de fatigue chronique-nbsp;
12) Traitement en acupuncture-moxibustion par la différenciation des syndromes physiopathologiques du SFC (syndrome de fatigue chronique) par Yan Hong (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital n° 1 de l’Institut de médecine chinoise de la ville de Tian Jin), Li Zhong Ren (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Nan Jing) • Objectif : recherche sur les règles et l’efficacité du traitement en acupuncture-moxibustion du SFC (syndrome de la fatigue chronique).-nbsp;
• Méthode thérapeutique : traitement basé sur la différenciation des syndromes physiopathologiques.-nbsp;
• Points principaux : Bai Hui (20 D.M.), Nei Guan (6 M.C.) et Zu San Li (36 E.) • Critères d’observation : calcul intégral proposé par David S. Bell. • Résultats (sur 38 cas traités) : 9 cas guéris ; 21 cas d’une grande amélioration ; 5 cas d’une amélioration moyenne ; 3 cas d’inefficacité. • Conclusion : l’acupuncture-moxibustion peut traiter efficacement le SFC.-nbsp;

13) L’observation clinique du traitement en acupuncture-moxibustion par les huit points Hui (réunion) du SFC (syndrome de fatigue chronique) par Wang Ling (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital médecine chinoise de la ville de Shen Zhen). Le SFC est marqué par une fatigue extrême, chronique et récidivante accompagnée de : maux de tête et de gorge, douleurs articulaires et musculaires, troubles de sommeil, troubles neuropsychiques. Par contre, il n’y a pas de signes qui relèvent d’affections organiques chroniques et de véritables maladies mentales. De nos jours, la médecine moderne (occidentale) n’a pas encore élucidé l’étiopathologie de cette maladie pour laquelle il n’existe pas de médicament allopathique efficace. Depuis 1998, l’auteur de cet article en a traité 60 cas par les huit points Hui (réunion).-nbsp;

14) 45 cas de syndrome de fatigue chronique traités par l’acupuncture par Chen Xing Sheng (Hôpital d’acupuncture-moxibustion de l’Institut de médecine chinoise de la province d’An-Hui) Le SFC est caractérisé par une fatigue prolongée accompagnée par une insomnie, une baisse de la capacité de concentration, des douleurs et une fièvre. Ces signes indiquent une déficience de l’ensemble du corps. L’auteur de cet article a travaillé à Singapour entre 1998 et 1999 (période de crise écomonique). Le chômage, les conditions difficiles de la vie et la pression dans le monde du travail à ce moment-là ont été la cause de cette maladie pour beaucoup d’habitants de ce pays. Il en a traité 45 cas avec de bons résultats.-nbsp;

Rubrique : Paralysie faciale périphérique-nbsp;
15) Le traitement de la paralysie faciale périphérique du professeur Zheng Kui Shan par Jiang Jing Feng (Département de médecine chinoise de l’hôpital n° 414 de l’armée de libération dans la ville de Nan Jing, province de Jiang Su) Maître Zheng Kui Shan, avec ses 50 ans de pratique et de recherche, a acquis une expérience très personnelle dans le traitement de cette maladie. Basée sur la différenciation des syndromes physiopathologiques, la méthode qu’il a mise au point est très efficace. D’après lui, cette maladie provient à la fois d’une insuffisance du Zheng Qi (Qi correct) et d’une agression du vent externe. Cependant, elle varie en fonction des trois phases suivantes : la phase aiguë, la phase de rémission et la phase de récupération. À chacune de ces trois phases, maître Zheng emploie des points et des modes de puncture différents qui sont choisis en fonction de la différenciation des syndromes physiopathologiques.-nbsp;

16) Les huit paramètres dans le traitement d’acupuncture-moxibustion de la paralysie faciale périphérique par Li Chang Yuan (Hôpital de médecine chinoise du district de Luo Nan dans la province de Shan Xi) 1) Détermination de l’étiopathologie / 2) Traitement précoce / 3) Traitement basé sur les syndromes physiopathologiques et sur les signes / 4) Traitement du côté sain pour rééquilibrer le Yin et le Yang / 5) Emploi simultané de l’acupuncture et de la moxibustion pour une efficacité optimale / 6. Traitement des cas n’ayant pas été traités à temps / 7. L’importance de la prévention / 8. Traitement préventif et de consolidation-nbsp;

17) Le traitement d’acupuncture-moxibustion de 182 cas de paralysie faciale périphérique selon les différentes phases par Cai Sheng Chao (Hôpital d’acupuncture-moxibustion de l’Institut de médecine chinoise de la province d’An-Hui) 88 1) Données générales / 2) Méthodes thérapeutiques (Phase aiguë ; Phase de récupération ; Phase des séquelles) / 3) Critères d’efficacité et résultats / 4) Discussion

-nbsp;

Feuille de données

Auteur LIN SHI SHAN
Rayon Acupuncture : INSTITUT YIN-YANG
Editeur INSTITUT YIN-YANG
Publié 2005
Pages 135
Language français

Avis

Aucun avis client disponible pour l'instant.

Donnez votre avis

<br />
<b>Notice</b>:  Trying to get property of non-object in <b>/var/www/clients/client1/web1/web/cache/smarty/compile/89/04/9a/89049a48837ab7bde654b55ecec94c77dde7a8a1.file.productcomments.tpl.php</b> on line <b>189</b><br />


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/clients/client1/web1/web/cache/smarty/compile/89/04/9a/89049a48837ab7bde654b55ecec94c77dde7a8a1.file.productcomments.tpl.php on line 193


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/clients/client1/web1/web/cache/smarty/compile/89/04/9a/89049a48837ab7bde654b55ecec94c77dde7a8a1.file.productcomments.tpl.php on line 196

Donnez votre avis

30 autres produits dans la même catégorie :

  • Frais de port

Acupuncture